Développements technologiques

Prouesses énergétiques et développement technologique : un cercle vertueux

L’économie est aujourd’hui tiraillée entre croissance et protection environnementale, innovation et contrôle des dépenses énergétiques. Pourtant, ces termes ne s’opposent pas. Bien au contraire, le développement technologique et la résolution du problème énergétique sont mutuellement bénéfiques et tous-deux nécessaires à l’évolution de notre société.

 

Développement et innovations technologiques : une réponse à la question énergétique

 

Produire et stocker des énergies propres et renouvelables est l’un des enjeux majeurs du 21ème siècle. La transition tant attendue ne peut se faire sans un fort développement en matière de technologie. Quand ces innovations entraînent une production à caractère industriel, un tournant politique et une acceptation des sociétés, on parle alors de rupture technologique.

Diverses facettes du milieu énergétique peuvent faire l’objet d’un développement technologique, à commencer par les matériaux. Le thorium par exemple, permettrait de remplacer l’uranium pour une production plus performante et une quantité de déchets 200 fois inférieure, relançant ainsi la question du nucléaire. Les nanomatériaux également sont au cœur des recherches actuelles. Avec des propriétés hors normes, ces molécules de synthèse chimiquement modifiées pourraient révolutionner l’univers du textile et celui du bâtiment et réduire considérablement leur demande énergétique.

Les regards se tournent également vers le biomimétisme, particulièrement florissant et prometteur. Ce concept qui consiste à imiter la nature est déjà appliqué, notamment avec la photosynthèse artificielle de la « nano feuille ». Le principe : utiliser la lumière du soleil pour séparer l’hydrogène des molécules d’eau, puis le faire réagir avec du CO2 pour créer de l’énergie.

Ces applications sont encore nombreuses mais ne révèlent qu’une facette de la fructueuse alliance entre développement technologique et transition énergétique.

 

Les énergies renouvelables elles-mêmes au service du développement technologique

 

Autrefois, les besoins énergétiques de l’Homme étaient élémentaires : se chauffer, s’éclairer, faire cuire des aliments. Aujourd’hui, ces besoins se sont multipliés de façon exponentielle et les sociétés sont devenues extrêmement énergivores. Devant cette situation, les énergies nouvelles se mettent au service du développement technologique. Le manque actuel d’électricité sous-tend considérablement les performances de secteurs essentiels tels que l’éducation, la santé publique, l’agriculture. Ce constat, observable à un niveau planétaire, est particulièrement saisissant dans les pays en voie de développement. Face à un tel défi et à une volonté de croissance, trois pistes de progrès :

D’une part, les sources actuelles en version « améliorée ». On peut prendre l’exemple du nucléaire qui, d’un procédé de fission, pourrait se diriger vers un procédé de fusion : puissance libérée 9 fois supérieure, absence totale de déchets radioactifs.

D’autre part, les énergies nouvelles, dites durables, qui avec 23% de la production mondiale restent marginales face à l’utilisation actuelle du pétrole. On en compte 5 : le solaire, l’hydraulique, la biomasse, l’éolien et la géothermie.

Enfin les énergies du futur ou alternatives : bioluminescence des organismes vivants, hydrogène… Ces ressources disponibles en quantité illimitées sont encore inexploitables mais pourraient, dans les décennies à venir, révolutionner nos modes de vie.

 

C’est donc un cercle vertueux entre développement technologique et transition énergétique qui permettra de construire le monde de demain sur des bases saines.

Partages 0