La production en France

État des lieux de l’énergie maritime en France

Les étendues d’eau représentent plus de 70 % de la surface terrestre. En combinant les mers et les océans, on pourrait fournir plus de 30 000 GTep d’énergie sachant que les besoins de l’humanité avoisinent les 16,5 GTep seulement. Cette comparaison illustre l’immense potentiel de l’énergie marine, qui est l’une des ressources les plus importantes pour la transition énergétique.

 

Il existe plusieurs types d’énergies marines qu’on peut exploiter afin de produire de l’électricité : l’énergie hydrolienne, l’énergie marémotrice, l’éolien en mer, l’énergie houlomotrice, l’énergie thermique des mers et l’énergie osmotique. Pourtant, l’électricité d’origine marine n’est pas la plus utilisée en France, malgré les courants marins au large de la Bretagne et de la Normandie qui constituent un foyer considérable. Néanmoins, il existe actuellement deux sites de production d’énergie marine : l’usine marémotrice de la Rance proche de Saint-Malo qui produit assez d’énergie pour une ville de plus de 200 000 habitants, et le parc hydrolien de Paimpol-Bréhat dans les Côtes d’Armor, situé à 15km au large de la côte et à 40m de profondeur, lieu d’installations industrielles nouvelle technologie dont l’objectif de production est d’alimenter en énergie marine environ 1500 foyers en France.

 

La production française d’électricité de l’année 2014 avait atteint un total de 540,2 TWh dont une grande partie était issue du nucléaire. La France s’est engagée au déploiement de 6 GW, principalement en éolien offshore, et concentre 20 % du potentiel hydrolien européen grâce à des courants marins parmi les plus élevés d’Europe (3m/s).

 

Les prévisions des organismes ayant autorité en France prévoient une production d’électricité issue de l’éolienne en mer d’à peu près 6 000 MW d’ici 2020, ce qui couvrira jusqu’à 3,5 % de la consommation française en électricité. Les responsables étatiques ont sélectionné cinq zones qui s’étalent sur un espace de 533 km2 et représentent un potentiel de puissance optimale. L’initiative a pour but de réunir des opérateurs compétents qui pourront faire fructifier les endroits ciblés, notamment en les développant et en construisant des infrastructures en mer qui conviennent à l’exploitation de l’énergie marine.

Partages 0