Acteurs majeurs

L’énergie marine renvoie à l’exploitation des ressources renouvelables du milieu marin, pour produire de l’énergie. On en distingue 7 groupes : l’énergie marémotrice; l’énergie hydrolienne; l’énergie houlomotrice; l’énergie thermique; l’énergie osmotique; l’énergie biomasse marine et l’énergie des éoliennes flottantes. Il existe des acteurs majeurs dans l’exploitation de ces ressources énergétiques.

 

Les acteurs majeurs dans l’exploitation de l’énergie des mers

  • DCNS

DCNS est un groupe industriel parapublic Ce sont des acteurs majeurs dans le domaine. 62% de ses capitaux appartiennent à l’Etat français, contre 35% à Thales et 2% à son personnel. DCNS est spécialisé dans l’industrie navale, nucléaire et militaire. DCNS est aujourd’hui le principal acteur dans l’exploitation de l’énergie marine, et le seul industriel dans le monde à en exploiter 4 types : l’énergie hydrolienne; produite grâce à des turbines sous-marines (hydroliennes); l’énergie thermique des mers, obtenue grâce à l’exploitation des différences de températures entre les couches d’eaux de l’océan, l’énergie des éoliennes flottantes ( nouvelle technologie éolienne offshore) et l’énergie marémotrice.

http://www.dcnsgroup.com

 

  • SIEMENS

Depuis 2008, la filiale siemens est sans aucun doute le leader incontesté de l’énergie marine. Il détient des turbines en Irlande. Il est le principal fournisseur de turbines éoliennes offshores dans le monde, avec déjà plus de 1200 éoliennes, d’une puissance de 38000 MW. SeanGen, l’hydrolienne de deuxième génération, est la plus puissante jamais fabriquée, et pouvant alimenter une industrie.

http://w5.siemens.com/france/web/fr/portail/espacepresse/press/energy/pages/filiere-energies-marines.aspx

 

  • ENGIE GREEN

ENGIE GREEN est l’un des principaux leaders de l’énergie éolienne en France. Il figure en bonne place au rang des acteurs majeurs dans son secteur. Il est présent dans 14 agences, réparties dans toute la France. Avec ses 180 collaborateurs, il est impliqué depuis peu dans le développement de l’énergie marine, avec notamment le projet de ferme pilote de 4 éoliens installés en Méditerranée, pour d’ici 2020.

www.engie.fr/green

 

  • STX de France

STX de France est une filiale nantaise, spécialisée dans la prévention et la protection des incendies. Mais, depuis 2014, l’entreprise s’est aussi engagée dans la production de l’énergie marine afin de contribuer à la réduction de l’empreinte carbone. En matière d’énergies marines, elle s’est spécialisée dans les éoliens offshores. STX de France a ainsi procédé à l’accroissement de ses usines, en créant la manufacture d’ANEMOS, inaugurée en 2015. Elle envisage étendre ses champs éoliens en mer, grâce à son démembrement Business Unit Energies Marine. Elle prévoit la construction de deux stations sous-marines (Q34 et P34), d’une puissance de 694MW, à livrer avant 2018.

http://www.stxfrance.com/FR/stxfrance-r1-5-EMR.awp

 

  • SABELLA

SABELLA est la principale usine produisant des hydroliennes dans le monde. Elle est basée en France. Ses principales réalisations sont Sabella D03 et Sabella D10. Depuis 2008, elle a permis à la France d’avoir sa première hydrolienne en mer (Sabella D03), d’une puissance de 10kw. Et, depuis 2012, elle a débuté la mise en œuvre de Sabella D10.

www.sabella.bzh

 

Usine marémotrice de Rance

C’est une centrale électrique située en France, produisant l’énergie hydroélectrique grâce à la force émise par les mouvements des marées. Jusqu’en 2011, elle était le plus grand site manométrique du monde. Cette usine appartient à EDF, elle génère chaque année 550 GHW d’électricité. Elle fournit à la grande Bretagne chaque année 4% de son électricité.

https://www.edf.fr/groupe-edf/producteur-industriel/energies-renouvelables/hydraulique/edf-hydraulique-bretagne-normandie/l-usine-maremotrice-de-la-rance/visiter-l-espace-decouverte

  • NEOPOLIA EMR

NEOPOLIA EMR est un consortium regroupant plus de 105 entreprises, spécialisées dans divers domaines. Depuis quelques années, il a orienté ses missions vers les éoliennes offshores, avec l’installation des premières usines offshores de France, où sera construit une éolienne de 150 mètre de hauteur.

http://www.emr.neopolia.fr/

 

Partages 0